Thérapie intermédiale

Cliquez sur le titre pour lire le segment de texte correspondant.

L’art-thérapie est un terme générique désignant plusieurs méthodes thérapeutiques axées sur la psychologie et le travail sur des supports artistiques et créatifs. La thérapie intermédiale exploite de manière individuelle ou combinée l’ensemble des disciplines artistiques existantes à des fins thérapeutiques.

Divers courants issus de la psychologie, de la psychothérapie, de la psychiatrie et de la pédagogie sont à l’origine de l’art-thérapie, qui devient une véritable méthode thérapeutique au début du XXe siècle.

En Europe, c’est la médecine anthroposophique qui utilise les premières thérapies par l’art dans les années 20. À peu près à la même époque, des psychiatres commencent à traiter leurs patients grâce à des supports artistiques en Suisse et en Allemagne. En 1922, le psychiatre allemand Hans Prinzhorn (1886-1933) publie un livre sur les œuvres graphiques de patients atteints de troubles mentaux, à partir d’échantillons recueillis à l’hôpital psychiatrique universitaire de Heidelberg, où il a exercé en tant que médecin-assistant.

Parallèlement, les États-Unis développent leurs propres méthodes d’art-thérapie. La psychologue américaine Margaret Naumburg (1890-1983) compte parmi les pionniers de cette discipline. Dans les années 40, elle met au point une art-thérapie destinée aux enfants («art-thérapie psychodynamique»). L’artiste Edith Kramer a, elle aussi, exercé une influence importante sur la méthode et a travaillé pendant de nombreuses années avec des jeunes souffrant de troubles mentaux. Elle avait coutume d’utiliser «l’art comme une thérapie» et a partagé ses expériences dans un recueil publié en 1971, qui reste aujourd’hui un ouvrage fondateur de l’art-thérapie.

Dans les années 70, le Suisse Paolo Knill, psychologue, artiste et thérapeute, fonde avec Shaun McNiff et Norma Canner la «thérapie expressive par les arts», une méthode qui utilise diverses formes d’expression artistique (thérapie intermédiale ou intermodale). En 1984, Paolo Knill fonde l’École internationale pour les études interdisciplinaires (l’ISIS, devenue aujourd’hui la fondation EGIS). Avec la European Graduate School, fondée en 1997 à Saas Fee, l’EGIS est le plus ancien institut de formation aux «arts expressifs». En Suisse, la thérapie intermédiale est reconnue depuis 2011 comme l’une des cinq spécialisations de l’art-thérapie, qui est sanctionnée par un diplôme fédéral.

La thérapie intermédiale exploite de manière individuelle ou combinée différentes disciplines artistiques, tirant ainsi parti de toutes les possibilités d’expression artistique, ludique et plastique qui y sont associées. Les caractéristiques spécifiques à chacune de ces techniques (peinture, modelage, mouvement, art oratoire, comédie) permettent de sensibiliser et de solliciter l’intégralité du système de perception sensorielle du patient. Le processus de création artistique et ludique permet de mobiliser les ressources intérieures du patient et de lui ouvrir des perspectives nouvelles.

L’un des principes fondateurs de cette thérapie est la «décentration intermodale». Il s’agit pour le patient de prendre de la distance, pendant une période donnée, par rapport à tous ses problèmes, ses questionnements habituels et sa façon de s’exprimer au quotidien. Ce processus intervient tandis que le patient est occupé par le support artistique. Au sein du nouvel «espace de création» ouvert par l’activité, des perspectives s’offrent au patient pour libérer son imagination, et des solutions et des expériences inédites viennent bouleverser ses pensées et son comportement. Tout au long du traitement, le thérapeute invite constamment le patient à passer d’une forme d’expression artistique à une autre. On sollicite ainsi toutes les capacités sensorielles, dans le cadre d’un processus intermodal. Accompagné par le thérapeute, le patient effectue un travail de discussion et de réflexion sur les œuvres qu’il a produites et peut ainsi apprendre à mieux connaître son corps, son esprit, ses sentiments et ses schémas de socialisation.

Le travail artistique de la thérapie intermédiale fonctionne avant tout sur le principe «low skill, high sensitivity»: les supports d’expression utilisés doivent être peu exigeants techniquement et faciles d’utilisation pour le patient, tout en présentant un potentiel ludique et créatif important afin de faire émerger des éléments nouveaux et surprenants.

© 2018 Eskamed SA

À la connaissance du RME, les assureurs suivants utilisent actuellement – sous quelque forme que ce soit – l'enregistrement au RME.

Veuillez considérer le fait que ces informations sur les assureurs ne revêtent finalement qu'un caractère informatif et qu'elles ne valident aucun droit au remboursement. Chaque assureur décide librement du remboursement d'une méthode ou non, dans quelle mesure il alloue les remboursements et si le remboursement dépend de dispositions particulières ou d'autres conditions que l'enregistrement au RME. Chaque assureur peut modifier ces décisions à tout moment. Nous vous recommandons de vous informer au préalable auprès de votre assureur sur les conditions actuelles de remboursement et obtenir une garantie de remboursement des coûts.

  • Aquilana Versicherungen
  • Atupri Assurance de la santé
  • AXA
  • CONCORDIA Assurance suisse de maladie et accidents SA
  • CPT Assurance SA
  • CSS Assurance-maladie SA
  • EGK-Caisse de Santé
  • FKB Die liechtensteinische Gesundheitskasse
  • GALENOS Assurance - maladie et accidents
  • Groupe santé Sodalis
  • innova Krankenversicherung AG
  • Moove Sympany SA
  • rhenusana
  • Sanagate AG
  • Sumiswalder Kranken- und Unfallkasse
  • Suva - Assurance militaire
  • Vivao Sympany SA