Mésothérapie

Cliquez sur le titre pour lire le segment de texte correspondant.

La mésothérapie est un procédé thérapeutique lors duquel on injecte de très faibles doses de médicaments dans la partie moyenne («meso») de la couche cutanée (le derme) de la partie malade du corps.

La mésothérapie revient au médecin français Michel Pistor (1924-2003). En 1952, celui-ci traita un maréchal-ferrant sourd en injectant un «cocktail» de médicaments dans la couche dermique de la peau autour de son oreille. Après ce traitement, celui-ci recouvrit rapidement l’ouïe. Encouragé par ce succès, le docteur Pistor commença à appliquer cette méthode à d’autres zones malades du corps. En 1958, le docteur Pistor publia les résultats positifs qu’il avait obtenus avec cette nouvelle méthode qu’il appela mésothérapie.

La mésothérapie est principalement connue et pratiquée en France et dans la région francophone de la Suisse où la Société suisse de mésothérapie fut créée en 1979. En Allemagne, la Société allemande de mésothérapie existe depuis 1984.

Les principes thérapeutiques de la mésothérapie ont été définis par son fondateur dès 1952 et peuvent se résumer par «injecter peu – rarement – au bon endroit». «Peu» signifie que l’on utilise une dose minimale de médicaments. «Rarement» signifie que les applications sont peu fréquentes car l’activité du médicament injecté est prolongée grâce au stockage sous-cutané. «Au bon endroit» se réfère à l’application des médicaments qui sont injectés directement à l’endroit malade.

En règle générale, lors d’une thérapie médicamenteuse traditionnelle, les médicaments sont administrés par voie orale, intramusculaire ou intraveineuse. Ainsi par exemple, un médicament administré par voie orale doit d’abord suivre la voie gastro-intestinale et puis utiliser le flux sanguin avant d’arriver à l’endroit malade. Pour que le médicament arrive en concentration suffisante à l’endroit à traiter, on doit l’administrer en doses relativement élevées ce qui peut provoquer des effets secondaires. Lors d’une mésothérapie, on évite le «détour» par la circulation sanguine. Avec la micro-injection cutanée, aussi près que possible de l’endroit douloureux ou de la lésion, des mélanges de médicaments peuvent donc déjà agir rapidement avec des doses minimales. De plus, les injections bénéficient d’un effet de stockage c’est à dire que les substances actives sont retenues localement dans le tissu cutané et ne se diffusent que petit à petit vers les tissus avoisinants.

© 2017 Eskamed SA

À la connaissance du RME, les assureurs suivants utilisent actuellement – sous quelque forme que ce soit – l'enregistrement au RME.

Veuillez considérer le fait que ces informations sur les assureurs ne revêtent finalement qu'un caractère informatif et qu'elles ne valident aucun droit au remboursement. Chaque assureur décide librement du remboursement d'une méthode ou non, dans quelle mesure il alloue les remboursements et si le remboursement dépend de dispositions particulières ou d'autres conditions que l'enregistrement au RME. Chaque assureur peut modifier ces décisions à tout moment. Nous vous recommandons de vous informer au préalable auprès de votre assureur sur les conditions actuelles de remboursement et obtenir une garantie de remboursement des coûts.

  • AMB Assurances
  • Aquilana Versicherungen
  • Atupri Caisse-maladie
  • Avenir Assurance Maladie SA
  • CONCORDIA Assurance suisse de maladie et accidents SA
  • CPT Assurance SA
  • CSS Assurance-maladie SA
  • Easy Sana Assurance Maladie SA
  • FKB Die liechtensteinische Gesundheitskasse
  • Groupe Mutuel
  • Groupe santé Sodalis
  • innova Krankenversicherung AG
  • Mutuel Assurance Maladie SA
  • Philos Assurance Maladie SA
  • rhenusana
  • Sanagate AG
  • Suva - Assurance militaire