Thérapie orthomoléculaire

Cliquez sur le titre pour lire le segment de texte correspondant.

D’après la thérapie orthomoléculaire (du grec «orthos» = bon, correct; et du latin «molekula» = petite masse, fragment), on peut remédier à une carence nutritive dans le corps en absorbant les substances ou les molécules appropriées.

La thérapie orthomoléculaire revient au biochimiste américain Linus Pauling (1901-1994), «pape de la vitamine C» et deux fois lauréat du prix Nobel, qui utilisa ce terme pour la première fois en 1968. Ses recherches l’avaient convaincu que l’absorption de doses élevées de vitamines permettait de préserver la santé et d’éviter les maladies. En 1971, il publia son livre «Vitamin C and the common cold» (La vitamine C et le rhume banal). Lui-même absorbait quotidiennement, en plus d’autres micronutriments, 12 grammes de vitamine C (ce qui correspond à plus de 300 oranges) et vécut ainsi jusqu’à l’âge de 93 ans. Depuis 1978, la thérapie orthomoléculaire est reconnue officiellement comme méthode thérapeutique aux Etats-Unis. En 1980, le médecin suisse, le Dr Lothar Burgerstein, créa à Rapperswil le premier cabinet médical de médecine orthomoléculaire. En 1982, il publia le premier manuel sur cette méthode en langue allemande. Depuis lors, la thérapie orthomoléculaire s’est établie en Europe, bien qu’en Suisse on connaisse principalement les remèdes du Dr Burgerstein.

De nombreuses substances biologiques telles que les vitamines, les sels minéraux, les oligo-éléments ou les acides aminés sont responsables de la préservation des fonctions biologiques du corps. Normalement, ces substances sont absorbées avec l’alimentation ou sont synthétisées par le corps-même. D’après les spécialistes de la thérapie orthomoléculaire il est, de nos jours, presque impossible d’absorber toutes ces substances vitales avec notre alimentation car, à cause des modes de production, du transport, du stockage et de la préparation, les aliments ne contiennent plus qu’une partie des substances qu’elles contenaient à l’origine.

Une carence en substances nutritives peut, par exemple, être aggravée par une mauvaise alimentation ou une alimentation déséquilibrée, un état de stress élevé, des maladies, une grossesse ou un environnement nocif (par exemple des métaux lourds, du monoxyde de carbone ou de l’ozone). Une telle carence conduit à une dégradation de la santé.

© 2017 Eskamed SA

À la connaissance du RME, les assureurs suivants utilisent actuellement – sous quelque forme que ce soit – l'enregistrement au RME.

Veuillez considérer le fait que ces informations sur les assureurs ne revêtent finalement qu'un caractère informatif et qu'elles ne valident aucun droit au remboursement. Chaque assureur décide librement du remboursement d'une méthode ou non, dans quelle mesure il alloue les remboursements et si le remboursement dépend de dispositions particulières ou d'autres conditions que l'enregistrement au RME. Chaque assureur peut modifier ces décisions à tout moment. Nous vous recommandons de vous informer au préalable auprès de votre assureur sur les conditions actuelles de remboursement et obtenir une garantie de remboursement des coûts.

  • Aquilana Versicherungen
  • CONCORDIA Assurance suisse de maladie et accidents SA
  • CPT Assurance SA
  • Groupe santé Sodalis
  • innova Krankenversicherung AG
  • PROVITA assurance santé SA
  • rhenusana
  • Suva - Assurance militaire
  • SWICA Assurance-maladie SA