Informations sur la méthode

Orthonomie fonctionnelle et intégration (FOI), qualification supplémentaire


Définition

L’orthonomie fonctionnelle et intégration (FOI) est une méthode de traitement douce et dynamique utilisée pour traiter les troubles musculo-squelettiques. Le terme orthonomie vient du grec (« orthos » = droit, debout, correct ; et « nomos » = loi) et peut être traduit par « les lois de l’existence en position droite ». Et « fonctionnel » signifie dans ce cas « lié à la performance de l’appareil locomoteur ».

Origine

La FOI a été fondée par le physiothérapeute néerlandais Hans de Jong. La méthode a été développée dans son cabinet, où de Jong traitait surtout des patients souffrant de problèmes au niveau de la colonne vertébrale. C’est ainsi qu’il a découvert que de nombreuses personnes présentent des combinaisons systématiques de troubles du mouvement. Au milieu des années 1990, ses observations se sont transformées en une structure concrète d’où est née l’Intégration Fonctionnelle (IF). À partir de 1993, Hans de Jong a enseigné l’IF, au début principalement en Suisse. En 2004, avec Friedhelm Becker, physiothérapeute et ostéopathe, il a fondé l’Institut de formation pour la FOI à Haren, en Allemagne et professionnalisé la méthode de traitement thérapeutique. Entre-temps, il existe des formations en Allemagne, en Autriche, en Pologne, en Suisse et aux Pays-Bas.

Principes

La base de la FOI repose sur l’hypothèse que le corps réagit à un problème survenu dans l’appareil locomoteur par un comportement compensatoire. Lorsque le corps n’est plus en mesure de maintenir le système de compensation, des douleurs et des dysfonctionnements apparaissent. L’objectif du traitement en FOI est donc de ramener le corps dans son équilibre individuel.

Les douleurs dans l’appareil locomoteur sont donc généralement le résultat d’un traumatisme physique (p. ex. accidents, chutes, déformations articulaires ou opérations) ou d’un stress psychologique grave (p. ex. décès, maladies graves soudaines, etc.). Les traumatismes peuvent se prolonger pendant de nombreuses années, souvent on ne s’en souvient pas ou on ne voit aucun lien avec la douleur. Un traumatisme de distorsion au pied peut, par exemple, causer des maux de tête ou des étourdissements des années plus tard ou alors une douleur à la hanche (voire de l’arthrose) peut être la conséquence tardive d’une appendicectomie. La compensation est un moyen de faire face au stress. Il en résulte ce que l’on appelle des chaînes de compensation ou chaînes de cause à effet, qui sont réparties sur l’ensemble du corps et suivent généralement des schémas identiques. Dans le traitement en FOI, les facteurs à l’origine des troubles sont donc recherchés et traités de façon ciblée.

La colonne vertébrale et le bassin sont l’axe central de la FOI et donc la première approche pour le rapport d’analyse et la thérapie : les malpositions vertébrales et pelviennes ont des effets sur les articulations adjacentes et vice versa. Les changements statiques des vertèbres sont donc la cause réelle des blocages et des limitations fonctionnelles. Un modèle de pensée tridimensionnelle est utilisé pour illustrer les rapports d’analyse. Avec ce modèle, tous les points d’une structure fonctionnelle peuvent être reliés les uns aux autres. Ceci explique pourquoi les problèmes articulaires du genou peuvent être la cause de maux de tête ou que des douleurs à l’épaule peuvent survenir suite à une entorse au pied.

© 2020 Eskamed SA

Trouver un thérapeute