Informations sur la méthode

Thérapie orthomoléculaire


Définition

D’après la thérapie orthomoléculaire (du grec « orthos » = bon, correct ; et du latin « molekula » = petite masse, fragment), on peut remédier à une carence nutritive dans le corps en absorbant les nutriments ou substances vitales appropriés (p.ex. vitamines, minéraux).

Origine

La thérapie orthomoléculaire revient au biochimiste américain Linus Pauling (1901-1994), « pape de la vitamine C » et deux fois lauréat du prix Nobel, qui utilisa ce terme pour la première fois en 1968. Ses recherches l’avaient convaincu que l’absorption de doses élevées de vitamines permettait de préserver la santé et d’éviter les maladies. En 1971, il publia son livre « Vitamin C and the common cold » (La vitamine C et le rhume banal). Lui-même absorbait quotidiennement, en plus d’autres micronutriments, 12 grammes de vitamine C (ce qui correspond à plus de 300 oranges). Depuis 1978, la thérapie orthomoléculaire est reconnue officiellement comme méthode thérapeutique aux États-Unis. En 1980, le médecin suisse, le Dr Lothar Burgerstein, créa à Rapperswil le premier cabinet médical de médecine orthomoléculaire. En 1982, il publia le premier manuel sur cette méthode en langue allemande. Depuis lors, la thérapie orthomoléculaire s’est établie en Europe, bien qu’en Suisse on connaisse principalement les remèdes du Dr Burgerstein.

Principes

De nombreuses substances biologiques telles que les vitamines, les sels minéraux, les oligo-éléments ou les acides aminés sont responsables de la préservation des fonctions biologiques du corps. Normalement, ces substances sont absorbées avec l’alimentation ou sont synthétisées par le corps-même. D’après les spécialistes de la thérapie orthomoléculaire il est, de nos jours, presque impossible d’absorber toutes ces substances vitales avec notre alimentation car, à cause des modes de production, du transport, du stockage et de la préparation, les aliments ne contiennent plus qu’une partie des substances qu’elles contenaient à l’origine.

Une carence en substances nutritives peut, par exemple, être aggravée par une mauvaise alimentation ou une alimentation déséquilibrée, un état de stress élevé, des maladies, une grossesse ou un environnement nocif (par exemple des métaux lourds, du monoxyde de carbone ou de l’ozone). Une telle carence conduit à une dégradation de la santé.

© 2020 Eskamed SA

Trouver un thérapeute